Search
  • L'équipe onoff

Sobriété numérique : nouveau challenge des entreprises


Le dernier rapport du GIEC est venu renforcer nos inquiétudes sur l’avenir du climat et a relancé les débats sur l’importance d’agir pour réduire nos émissions de CO2. Aussi, de nombreuses entreprises tentent de participer à ce mouvement tant pour répondre aux exigences des consommateurs qu’à celles de leurs salariés. Le numérique pèse lourd dans notre empreinte carbone. La sobriété numérique est désormais notre nouveau challenge : comment s’y frotter ?



Le constat


L’objectif de la sobriété numérique est de limiter l’usage du numérique, pour en réduire l’impact sur l’environnement. En effet, son empreinte écologique est souvent sous-estimée alors qu’elle joue un rôle important dans nos émissions de gaz à effet de serre. Mais ce n’est pas tout. Son impact est d’autant plus inquiétant que l’augmentation des usages numériques est très forte. Autant de raisons qui font de la sobriété numérique une démarche de plus en plus incontournable.


Ainsi le Shift Project (think tank qui s'est donné pour objectif l'atténuation du changement climatique et la réduction de la dépendance de l'économie aux énergies fossiles) constate une augmentation de +9 % d’énergie consommée par an liée à nos systèmes numériques. L’association estime la consommation énergétique globale du secteur numérique à 3000 TWh en 2017, avec un doublement attendu pour 2025. Cette consommation est à l’origine de 3,4 % des émissions de gaz à effet de serre (davantage que le transport aérien) et devrait passer à 7,6 % à l'horizon 2025 ! France Stratégie souligne que le plus inquiétant dans ces chiffres est la tendance haussière avec un taux de croissance annuel de 10% de la consommation énergétique.


En effet, le numérique a envahi le monde. On compte 34 milliards d’équipements numériques existants dont 3,5 milliards de smartphones pour 4,1 milliards d’utilisateurs dans le monde. C’est la fabrication de ces appareils qui impacte le plus l’environnement en pesant 30% du bilan énergétique global du numérique. Ainsi, le cabinet d’experts du Green IT estimait en 2019 que le numérique mondial était l’équivalent d’un "septième continent" de la consommation d'énergie.



Une prise de conscience partagée


Cette prise de conscience est partagée dans la société par les salariés. 68 % des salariés français jugent que leurs activités numériques professionnelles ont un impact sur l’environnement, et 74 % d’entre eux aimeraient que leur entreprise agisse plus pour l’environnement, selon le cabinet d’experts Green IT.


D’ailleurs les démarches entreprises par les travailleurs se multiplient et se fédèrent. Ainsi, en avril 2021, 27 collectifs de salariés de grands groupes français se sont unis pour augmenter leur influence. Venus de Michelin, Edf, Axa ou encore Vinci, ils ont créé la fédération Les Collectifs. Elle permettra de structurer des actions qui jusqu’à présent se sont auto-organisées, afin de ne pas partir de zéro quand on veut agir. En partageant les bonnes pratiques, en généralisant l’entraide, les salariés veulent créer une vraie communauté qui donne du poids à leurs actions.


Une mise en commun qui a déjà permis de créer une infographie sur comment “S'engager pour l'écologie en tant que salarié”, avec le soutien de Pour un réveil écologique, collectif d’étudiants de grandes écoles. Citant ​​la Harvard Business Review, Les Collectifs assure qu’"Il suffit de 10 % des collaborateurs pour changer toute l’entreprise." Une force vive sur laquelle les dirigeants pourront s’appuyer pour changer la donne. Car les actions à mener sont engageantes et touchent toute l’organisation d’une boîte.



Les leviers d’action

Dans un monde si imprégné de technologies et devant des interactions parfois difficiles à appréhender (impact de la production, du transport, des déchets), on peut se demander par quoi commencer.


Les experts de Green IT distinguent 4 pistes de réflexion possibles pour le numérique :


La dématérialisation

Dans la mesure où la production d’objets numériques pèse le plus dans le bilan écologique, dématérialiser certains dispositifs ou services, plutôt que d’avoir recours à des objets matériels améliorerait notre impact.


Les changements de comportements

Changer nos mentalités et comportements constitue un levier important vers la sobriété numérique. En nous dispensant de certains objets ou en ne privilégiant pas l’achat d'objets neufs, nous pouvons influencer l’impact de la production numérique.


Le partage et la mutualisation

Comme les individus, les entreprises sont habituées à avoir leur bureau, leur matériel informatique, etc. L’avenir nous invite, au contraire, à partager et mutualiser nos ressources matérielles (lieux, objets, machines, infrastructures…) dans le cadre d’une économie participative.


La réduction des déchets

L’obsolescence programmée est depuis longtemps décriée. Désormais, on souhaite concevoir des produits en fonction de leur cycle de vie et de la possibilité de les réutiliser, reconditionner, augmenter. Une économie circulaire pour limiter nos déchets.


Voilà pour les grands principes qui peuvent guider les entreprises. Comment cela peut-il se matérialiser ?



Des solutions à adopter

Malgré les bonnes intentions, il n’est pas toujours facile de se projeter dans des actions concrètes. Voici trois options pour se lancer, notamment avec l’aide d’Onoff.


Dématérialiser et reconditionner sa téléphonie


Chez Onoff, nous sommes convaincus de l’importance de cette mobilisation pour l’environnement et nous avons travaillé sur la manière d’aider les entreprises à relever le défi de la sobriété numérique.


Notre solution Onoff Business permet de dématérialiser sa téléphonie d’entreprise pour la remplacer par un service dans le cloud et une application mobile. Onoff Business permet d’attribuer un numéro de téléphone portable professionnel à tous les collaborateurs. Ces derniers pourront installer ce numéro sur leur smartphone en téléchargeant simplement l'application Onoff Business. Ainsi, plus besoin d’avoir un second smartphone dans la poche, ou d’avoir une deuxième carte SIM. La solution dématérialisée d’Onoff réduit la quantité d’objets numériques dont nous avons besoin, en multipliant les fonctionnalités d’un même appareil : un seul téléphone peut désormais contenir un numéro pro et perso.


Pour aller plus loin dans cette démarche, nous nous sommes également associés à Recommerce, spécialiste des téléphones reconditionnés. Ce partenariat permet à nos clients de revendre leurs flottes de téléphones portables devenues inutiles ou de s’équiper de téléphones reconditionnés. Un smartphone reconditionné représente une économie moyenne de 30 kg d’équivalent CO2 et de 40 kg de matières premières*.


Adopter un logiciel qui mesure son impact


S’il est souvent difficile pour les entreprises de se lancer dans des actions de sobriété numérique, c’est parce qu’il n’est pas simple de mesurer son impact. Une des premières actions à mener peut consister à mieux comprendre l’impact de sa société sur l’environnement.


Ce besoin de compréhension des entreprises devenant de plus en plus courant, des logiciels dédiés à son calcul ont vu le jour. Parmi les challengers qui se sont lancés dans ce déploiement, on compte des Français talentueux.


Ainsi Sweep, lancé par les anciens fondateurs de Bime Analytics racheté par Zendesk, est une plateforme permettant aux entreprises de mesurer leurs émissions de gaz à effet de serre en prenant en compte tous les aspects de leur chaîne de valeur, y compris les salariés et les partenaires. Une mesure qui permet ensuite de se fixer des objectifs précis pour réduire son empreinte carbone, ou encore de trouver des projets carbone à financer pour contribuer à une économie plus verte.


Dans un même esprit et particulièrement adapté aux TPE/PME, startups et freelances, Sami.eco propose des outils adéquats pour aider à réduire notre impact. Après avoir calculé l’empreinte carbone de l’entreprise, ils fournissent un plan d’action pour réduire celle-ci et proposent de financer des projets qui contribuent à la neutralité carbone (tels que la reforestation, l'agriculture bas-carbone, etc.). Sami propose également de valoriser cet engagement interne et externe en obtenant des labels reconnus.


S’informer pour éco-concevoir


Pour bien agir, il est important de s’informer. C’est pourquoi une des premières actions à mettre en place est de se documenter sur la sobriété numérique.

Ainsi, le Shift Project propose sur son site une étude entièrement dédiée à la sobriété numérique. Un rapport de 120 pages qui donne la mesure de l’ampleur de la tâche, disponible en pdf sur leur site.


Le Cigref, association de grandes entreprises et administrations publiques en collaboration avec le Fing, think tank pour un numérique ouvert, humain, et durable, et Green IT, publient un document intitulé “Ecology by design”. Ce dernier ambitionne de mettre l’informatique au service de la transformation écologique des entreprises, en les encourageant à concevoir dès le départ des produits qui veillent à préserver notre environnement.


Nous avons tous à cœur de laisser aux générations futures un numérique plus adapté au monde de demain. Toutes les équipes d’Onoff souhaitent contribuer à cette orientation positive, à leur échelle.


*Source : étude Sustainable Metrics pour RECOMMERCE en moyenne pour un smartphone de type iPhone 7.



29 views0 comments